20
AOÛT
LA LIBERTÉ ÉMOTIVE
Puisque la mauvaise qualité de nos relations avec les autres a presque toujours été la cause immédiate de nos malheurs, y compris notre alcoolisme, c’est certainement le champ d’examen qui devrait nous fournir les résultats les plus précieux et les plus satisfaisants.
— LES DOUZE ÉTAPES ET LES DOUZE TRADITIONS, P. 92
La bonne volonté, pour moi, est une chose curieuse. Elle semble d’abord se manifester au moment de la prise de conscience, mais avec le temps, elle s’accompagne d’un malaise croissant qui me pousse à agir. En me préparant à la Huitième Étape, mon désir de m’excuser s’est traduit par le besoin de pardonner aux autres et à moi-même. J’ai été capable de pardonner aux autres après avoir pris conscience de ma responsabilité dans les difficultés qu’avaient connues nos relations. Je voulais ressentir la paix et la sérénité décrites dans les « promesses ». En faisant les sept premières Étapes, j’ai pu voir qui j’avais blessé et prendre conscience du fait que j’avais moi-même été mon pire ennemi. Je savais que je devais changer si je voulais rétablir des relations avec mes semblables. Je voulais vivre dans l’harmonie avec moi-même et avec les autres, de manière à connaître la liberté émotive. L’établissement de ma liste, à la Huitième Étape, a marqué le début de la fin de mon isolement de mes semblables et de Dieu.
Voir cette page en: English | Español
This is a book of reflections by A. A. Members for A. A. Members
Partagez avec un ami