23
JUILLET
C’EST À DIEU DE DÉCIDER
Je Vous demande d’ôter de moi chacun des défauts qui m’empêchent de Vous être utile, à Vous et à mes semblables.
— LES ALCOOLIQUES ANONYMES, P. 85-86
Ayant admis mon impuissance et décidé de confier ma volonté et ma vie aux soins de Dieu, tel que je le conçois, ce n’est plus moi qui décide quels défauts doivent disparaître, dans quel ordre et à quel moment. Je demande à Dieu de décider quels défauts m’empêchent d’être utile, à lui et aux autres, puis je lui demande humblement de les faire disparaître.
Voir cette page en: English | Español
This is a book of reflections by A. A. Members for A. A. Members
Partagez avec un ami