LA RÉCOMPENSE DU DON

décembre 20

Car c’est bien là une forme de générosité qui ne demande vraiment rien en retour. L’alcoolique n’attend de son frère souffrant ni argent ni même affection. Et voilà que par le divin paradoxe de cette forme de générosité, il a déjà touché sa récompense, que son frère en ait profité ou non.

LES DOUZE ÉTAPES ET LES DOUZE TRADITIONS, P. 125

Car c’est bien là une forme de générosité qui ne demande vraiment rien en retour. L’alcoolique n’attend de son frère souffrant ni argent ni même affection. Et voilà que par le divin paradoxe de cette forme de générosité, il a déjà touché sa récompense, que son frère en ait profité ou non.

LES DOUZE ÉTAPES ET LES DOUZE TRADITIONS, P. 125

Grâce à la Douzième Étape, j’ai fini par comprendre la récompense qu’apporte un don qui n’exige rien en retour. Au début, je m’attendais à voir l’autre se rétablir, mais je me suis vite rendu compte que les choses ne se passaient pas ainsi. Ayant accepté de ne pas voir tous les appels de la Douzième Étape automatiquement couronnés de succès, j’étais prêt à recevoir les récompenses que procure un don désintéressé.

COMPRENDRE LA MALADIE

décembre 19

Lorsqu’on a affaire à un alcoolique, il peut arriver – et cela est naturel – que l’on soit agacé par sa faiblesse, sa bêtise et son irresponsabilité. Même ceux qui comprennent mieux la maladie risquent encore de réagir de la sorte.

LES ALCOOLIQUES ANONYMES, P. 158

Lorsqu’on a affaire à un alcoolique, il peut arriver – et cela est naturel – que l’on soit agacé par sa faiblesse, sa bêtise et son irresponsabilité. Même ceux qui comprennent mieux la maladie risquent encore de réagir de la sorte.

LES ALCOOLIQUES ANONYMES, P. 158

Ayant souffert d’alcoolisme, je devrais comprendre cette maladie, mais il m’arrive parfois de ressentir de l’agacement ou même du mépris à l’égard d’une personne qui ne réussit pas à se rétablir chez les AA. Agir ainsi, c’est donner libre cours à un sentiment de fausse supériorité. Je dois me rappeler que sans la grâce de Dieu, je ne serais rien.

L’HONNÊTETÉ AVEC LES NOUVEAUX MEMBRES

décembre 18

Dites-lui exactement ce qui vous est arrivé. Insistez en toute liberté sur l’aspect spirituel.

LES ALCOOLIQUES ANONYMES, P. 105

Dites-lui exactement ce qui vous est arrivé. Insistez en toute liberté sur l’aspect spirituel.

LES ALCOOLIQUES ANONYMES, P. 105

Ce qu’il y a de merveilleux chez les AA, c’est de ne pas avoir à dire autre chose que ce qui m’est arrivé. Je ne perds pas de temps à donner des conseils à des candidats éventuels, car si cette méthode fonctionnait, personne n’aurait besoin de se rendre chez les AA. Tout ce que j’ai à faire, c’est d’expliquer ce qui m’a procuré la sobriété et a changé ma vie. Si j’omets de présenter l’aspect spirituel du programme des AA, je manque d’honnêteté. Je dois éviter de donner une impression erronée de la sobriété. Si je suis abstinent, c’est grâce à ma Puissance supérieure ; sans elle je ne pourrais partager avec les autres.

UNE RÉCOMPENSE INESTIMABLE

décembre 17

[Travaillez]... auprès d’autres alcooliques. Cette méthode fonctionne là où d’autres sont inefficaces.

LES ALCOOLIQUES ANONYMES, P. 101

[Travaillez]... auprès d’autres alcooliques. Cette méthode fonctionne là où d’autres sont inefficaces.

LES ALCOOLIQUES ANONYMES, P. 101

« Vous trouverez un sens nouveau à la vie », dit le Gros Livre (p. 101). Cette promesse m’a aidé à éviter l’égoïsme et l’apitoiement sur mon sort. Voir d’autres grandir dans ce merveilleux programme et voir leur qualité de vie s’améliorer constituent des récompenses inestimables de mes efforts d’entraide. L’examen de conscience est aussi la récompense d’une sobriété continue, tout comme la sérénité, la paix et le contentement. Voir une autre personne s’engager sur la route du rétablissement et partager avec elle la joie de l’aventure me donnent une énergie telle que ma vie prend un sens nouveau.

ASSOCIÉS DANS LE RÉTABLISSEMENT

décembre 16

... rien n’immunise mieux contre l’alcool que de travailler intensivement auprès d’autres alcooliques...

Il faut que, jour après jour, votre protégé et vous marchiez ensemble sur le chemin du progrès spirituel... Si vous suivez les directives d’une Puissance supérieure, vous finirez par vivre dans un monde nouveau et merveilleux, quelles que soient les circonstances actuelles !

LES ALCOOLIQUES ANONYMES, P. 101 ET 113

... rien n’immunise mieux contre l’alcool que de travailler intensivement auprès d’autres alcooliques...

Il faut que, jour après jour, votre protégé et vous marchiez ensemble sur le chemin du progrès spirituel... Si vous suivez les directives d’une Puissance supérieure, vous finirez par vivre dans un monde nouveau et merveilleux, quelles que soient les circonstances actuelles !

LES ALCOOLIQUES ANONYMES, P. 101 ET 113

Agir de la bonne manière et pour la bonne raison me permet de maîtriser mon égoïsme et mon égocentrisme. Je me rends compte que le fait de dépendre d’une Puissance supérieure m’apporte la tranquillité d’esprit, le bonheur et la sobriété. Chaque jour, je prie et je fais en sorte d’éviter mes anciens comportements afin de pouvoir aider les autres.

N’IMPORTE QUOI POUR AIDER

décembre 15

Offrez-lui l’amitié et la fraternité. Dites-lui que, s’il désire se rétablir, vous ferez n’importe quoi pour l’aider.

LES ALCOOLIQUES ANONYMES, P. 108

Offrez-lui l’amitié et la fraternité. Dites-lui que, s’il désire se rétablir, vous ferez n’importe quoi pour l’aider.

LES ALCOOLIQUES ANONYMES, P. 108

Je me souviens de l’immense attrait qu’ont exercé sur moi les deux membres des AA qui étaient venus me voir en réponse à un appel de Douzième Étape. Ils m’ont dit que je pouvais moi aussi avoir ce qu’ils avaient, sans restriction, que je n’avais qu’à prendre moi-même la décision de me joindre à eux sur la route du rétablissement. Quand je tente de convaincre un nouveau de faire les choses à ma manière, j’oublie à quel point ces deux hommes m’ont aidé par leur ouverture d’esprit et par leur générosité.

RÉSOLUTIONS QUOTIDIENNES

décembre 31

L’idée de « vivre vingt-quatre heures à la fois » s’applique principalement à la vie émotive de chacun. À ce niveau, nous ne devons vivre ni hier ni demain.

RÉFLEXIONS DE BILL, P. 284

L’idée de « vivre vingt-quatre heures à la fois » s’applique principalement à la vie émotive de chacun. À ce niveau, nous ne devons vivre ni hier ni demain.

RÉFLEXIONS DE BILL, P. 284

C’est le Nouvel An ; 12 mois, 52 semaines, 365 jours, 8 760 heures, 525 600 minutes se sont écoulés. Le moment est venu d’examiner mon orientation, mes buts et mes actions. J’ai besoin de planification pour vivre une vie normale. Par contre, émotionnellement, je dois m’en tenir au cadre du vingt-quatre heures, et dans ce cas je n’ai pas besoin de résolutions du jour de l’An ! Chaque jour peut être un jour de l’An ! Je peux me dire : « Voilà ce que je vais faire aujourd’hui. » Chaque jour, je peux jauger ma vie en essayant de m’améliorer un petit peu, en décidant de faire la volonté de Dieu et en m’efforçant de mettre en pratique les principes des AA.

 

TENDRE LA MAIN

décembre 14

Ne parlez jamais à un alcoolique du haut de votre grandeur morale ou spirituelle ; contentez-vous de lui présenter les outils spirituels pour qu’il les examine. Démontrez-lui comment ils vous ont servi.

LES ALCOOLIQUES ANONYMES, P. 108

Ne parlez jamais à un alcoolique du haut de votre grandeur morale ou spirituelle ; contentez-vous de lui présenter les outils spirituels pour qu’il les examine. Démontrez-lui comment ils vous ont servi.

LES ALCOOLIQUES ANONYMES, P. 108

Quand je rencontre un nouveau, est-ce que j’ai tendance à le considérer à partir de ma propre perception de la réussite chez les AA ? Est-ce que je le compare à mes nombreuses autres connaissances dans le mouvement ? Est-ce que je prends un ton magistral pour lui faire entendre la voix des AA ? Quelle est mon attitude réelle à son égard ? Quand je rencontre un nouveau, je dois faire attention à mon propre comportement afin d’être certain de lui transmettre le message avec simplicité, humilité et générosité. La personne qui souffre encore de la terrible maladie de l’alcoolisme doit pouvoir trouver en moi l’ami qui lui permettra de découvrir le mode de vie des AA, comme l’ami qui m’a accueilli dans le mouvement. Aujourd’hui, c’est à mon tour de tendre la main avec amour à mon frère, à ma sœur alcoolique et de lui montrer le chemin du bonheur.

PENSER AUX AUTRES

décembre 13

Notre vie même, parce que nous sommes des exbuveurs, dépend de notre souci constant des autres et de la façon dont nous pouvons leur venir en aide.

LES ALCOOLIQUES ANONYMES, P. 23

Notre vie même, parce que nous sommes des exbuveurs, dépend de notre souci constant des autres et de la façon dont nous pouvons leur venir en aide.

LES ALCOOLIQUES ANONYMES, P. 23

Il ne m’a jamais été facile de penser aux autres. Même en mettant le programme en pratique, je me pose des questions telles que : « Comment est-ce que je me sens, aujourd’hui ? Suis-je heureux, joyeux et libre ? »

Le programme m’enseigne que mes pensées doivent tendre vers ceux et celles qui m’entourent : « Est-ce que ce nouveau aimerait avoir quelqu’un à qui parler ? Cette personne semble un peu triste, aujourd’hui, peut-être pourrais-je essayer de la réconforter. » Ce n’est qu’en oubliant mes problèmes et en me tournant vers les autres, que je peux espérer atteindre la sérénité et la connaissance de Dieu que je recherche.

 

UNE SOLUTION COMMUNE

décembre 12

Ce qu’il y a d’extraordinaire pour chacun de nous, c’est que nous avons découvert une solution commune. Nous avons une façon de nous en sortir sur laquelle nous sommes absolument d’accord et qui nous unit dans une action amicale et harmonieuse. C’est là la grande nouvelle que ce livre annonce à ceux qui souffrent d’alcoolisme.

LES ALCOOLIQUES ANONYMES, P. 20-21

Ce qu’il y a d’extraordinaire pour chacun de nous, c’est que nous avons découvert une solution commune. Nous avons une façon de nous en sortir sur laquelle nous sommes absolument d’accord et qui nous unit dans une action amicale et harmonieuse. C’est là la grande nouvelle que ce livre annonce à ceux qui souffrent d’alcoolisme.

LES ALCOOLIQUES ANONYMES, P. 20-21

Le plus important travail, dans le cadre de la Douzième Étape, a été la publication de notre Gros Livre, Les Alcooliques anonymes. Peu de membrespeuvent transmettre le message à autant de personnes que ce livre. Pour ma part, je dois m’oublier moi-même et faire mon possible. Même si personne ne m’a demandé d’être son parrain et que mon téléphone ne sonne pas souvent, je peux toujours pratiquer la Douzième Étape en réalisant « action amicale et harmonieuse ». Je me présente tôt aux réunions pour accueillir les gens et aider à préparer la salle, et je partage mon expérience, ma force et mon espoir. Je fais aussi de mon mieux dans les services. Ma Puissance supérieure m’indique exactement ce que je dois faire à tout moment de mon rétablissement. Si je la laisse agir, ma bonne volonté me permettra automatiquement de pratiquer la Douzième Étape.